Brouiller l'écoute !


#1

Suite à l’émission “complément d’enquète” de ce soir sur la DADVSI, je me disais qu’on était trés mal barré pour les débats de Mars, si la majorité de la population avait moitié aussi mal compris que les journalistes les tenants et les aboutissants du problême.
Donc, pour anticiper l’interdiction des logiciels d’echange sans protection qu’on va nous imposer, il faut leur brouiller l’ecoute, et diffuser un brouilleur libre: pas de raison de poursuivre pour usage d’un soft qui ne sert à rien !
Peut être un risque de poursuite pour contrefacon de flux peer to peer ?

Enfin, si je sais comment fabriquer un soft de p2p dans plusieurs languages, je me demandais:
1 - quoi emettre pour faire passer le flux pour un “vrai” flux d’échange ?
2 - quelqu’un a une idée pour limiter le débit ?
Pour le 1, je me disais que ça pouvait se faire sous forme de “plugins” séparés imitant les différents logiciels. Pour le 2, à part des timers dans l’émission des paquets… Peut être en partant des sources de bittorrent et en gardant les routines de limitation du traffic ?

Enfin sinon, la controdeur de contremerde, z’inquiètez pas: c’est mes contrepets !
La joie de saboter ?


#2

Bof, si ils nous cassent trop les burnes, on passrra tous par des échanges sous mute et ça sera réglé. En plus avec ces réseaux anonymes, ça sera aussi facile de trouver des images pédophiles que le dernier single de Lorie, les majors pourront être fier d’elles :unamused:


#3

Connais pas mute. C’est comme le freenet ?
En tous cas, si ca n’embarque pas de composant DRM opaque, ce sera interdit et comme c’est par nature détectable comme p2p-> indépendament de la connaissance du contenu téléchargé, poursuite possible pour utilisation de logiciel illegal -> Amende même si tu n’echanges que du contenu légal avec.
Et oui !
Sauf s’il existe un soft indicernable de mute qui ne fait pas d’echange.
Donc, avant ça, il faut saturer le réseau de bruit avec un logiciel sans possibilité d’echange (donc légal), mais détecté comme un p2p…
En plus, ça donnerait la possibilité aux usagers réels de p2p de mentir sur leur usage du net, si on ne peux pas le distinguer d’un vrai p2p.
Par contre, il faudrait quand même qu’il fasse quelquechose d’autre, pour que chacun ait une bonne raison de l’utiliser, et qu’il ne puisse pas être considèré sans équivoque comme une mesure de contournement.


#4

Le principe de mute, c’est que non seulement tu ne connais pas le contenu du paquet, puisqu’il est crypté, mais en plus tu ne connais ni sa source, ni sa destination, puisqu’il passe de client en client, chacun ne connaissant qu’une toute petite partie du réseau. Donc, quand on télécharge, on ne connaît pas la provenance exacte du paquet, quand on upload, on ne connaît pas la destination exacte du paquet.


#5

D’accord, d’accord, ça j’avais compris, mais toi, comprends moi bien: si ton fAI surveilles le traffic de ton IP, il peut reconnaitre un utilisateur de mute, non ?
Indépendament de savoir “avec qui” il echange, et “quoi”, on peut le savoir, ça, non ?
Parceque ce qui est prevu, c’est que ca devienne suffisant pour se faire aligner, puisqu’on saura que tu utilises un soft d’echange sans dispositif anticopie (donc illegal).
PS: aucune idée sur ou trouver des exemple de detection de p2p, ni comment limiter dans le code la bandwidth consommée par un soft ?


#6

Pas vraiment sûr qu’il soit capable de reconnaître un utilisateur de mute, ou de tout autre protocol à proprement parlé, du moment que la charge utile est cryptée, puisqu’en pareil cas il ne reste plus que le port qui permette de donner un indice sur la nature des échanges, et c’est loin d’être quelquechose de fiable.

Pour ton raisonnement, je comprends bien, mais je doute de l’utilité de saturer le réseau avec du bruit pour couvrir les échanges. D’ailleurs si on pousse ton raisonnement, on risque d’être sacrément embêté rien que par le fait d’utiliser le mail ou le ftp, ça va être drôle tout ça :laughing: