Rahh le boulet !


#1

Ce WE, pour un salon, je configure la machine (windows) du boss pour qu’elle démarre automatiquement sur une session de démo avec un diaporama qui se lance au démarrage.
Ce matin, il arrive au boulot vers 10:30 (ouh il arrive tot !), on branche et… pas de réseau.
Je regarde le temoin de la carte: pas de link.
Je descends dans la baie, je verifie le plan de distribution (plus à jour donc aléatoire), le cable prévu est bien là (normal je n’ai rien débranché dans la baie)le témoin de branchement sur le switch et ON.
Je remonte: toujours pas de témoin sur la carte.
Au bout d’une demie heure de tests divers, je branche une autre machine: pas de pb elle démarre sur le réseau.
Je rebranche la machine, l’alimente, ah le témoin s’allume ! puis s’éteind dés le lancement de win.
Bon, je prend la machine, je vais la brancher ailleurs. Pareil
je change de carte (dans un Pundit, il faut avoir des petites mains). Je redémarre. Pareil…
Grrmlll.
Bon, je rentre en session locale sur la machine, je vais regarder dans le gestionnaire de périphériques: la carte est DESACTIVEE ! :imp:

Deux heures pour ça ! le boulet, j’vous dis, le boulet !!!


#2

Mort de rire :slightly_smiling:

Je te rassure ça m’est arrivé aussi enfin une histoire pareille

Impossible de se connecter au réseau de la fac je change la carte je reboot et bip impossible de lancer la machine je retire la carte je relance toujours rien.

Il s’avère après que c’était un problème de clavier la prise c’etait légerement débrancher pendant mes manips et donc il ne voulait pas booter. Le clavier étant assez chiant je le change et non il ne voulais booter qu’avec le premier j’ai finis par l’utiliser mais j’ai perdu 2h ce jour là.

Et je ne raconte même pas l’histoire de ma clé USB :laughing: :laughing: :laughing:


#3

Raah qu’est-ce que c’est compliqué windows 8)


#4

C’est peut-être le moment de proposer au boss une politique de changement : passer les posts clients sous Linux. :slightly_smiling:


#5

Pas vraiment: il m’a encore demandé la semaine dernière si ca n’était pas possible de couper l’internet et ne laisser qu’un ou deux ordis à ses salariés…
70 personnes d’une entreprise dont le coeur de métier est comptable (donc informatique) et avec 20 commerciaux qui passent plusieurs heures par jour à éplucher les sites de petites annonces, le tout sur deux sites fusionnés en vpn, un flux de plusieurs centaines de mails internes par jour et il me demande, aprés 5 ans de collaboration si je ne pourrais pas démanteler son informatique, parceque je cite: “c’est vraiment trop dangereux: regardes, les banques, elles se séparent toutes de l’informatique” (mais ou a t il pu lire ça ?).
Mais pas de problême, s’il me demande, je supprime les 6 serveurs dont une compta pour plusieurs dizaines de copropriétés.
Je suis un bon soldat: tu me dis “autodestruction”, je fais “autodestructiopn”…

Pour rire encore plus fort, voici, texto, aprés que je lui ais dit à quel point il était ridicule, ce qu’il m’a dit lors de notre réunion annuelle:
"bon, alors cette année, il va quand même falloir qu’on ait comme objectif la sécurité, donc tu va me debrancher tous les lecteurs de disquettes, tous les CDroms, et tous les ports USB (c’est sa plus grande peur, ça, les clés USB)"
objection de ma part pour le principe: “les ports usb sont sur la carte mère et on ne peux pas les débrancher”

“ben c’est pas grave: mets de la colle dedans pour les détruire”…

no comment… :laughing:

imagines si je devais lui expliquer pourquoi il a deux serveurs mail et deux pare feux sous linux !
Il sait juste quelle machine rebooter quand ça plante, mais je ne lui remonte surtout pas mes choix techniques: je les documente pour mon successeur.


#6

Ca à ça que servent les réunions annuelles d’informations : expliquer le fonctionnement du réseau informatique et ses avantages aux néophytes, et en particulier au big boss. C’est indispensable, pour justement éviter ce genre de décisions faites par manque d’information sur le sujet.


#7

:laughing: :laughing: :laughing: :laughing: :laughing: , ça c’est un chef, 8) !!


#8

Quand j’étais son fournisseur et mon propre patron, je me permettais de lui donner des conseils, et nous discutions en égaux, tous les ans.
Maintenant, je suis son salarié, et je disposes en général de 4 secondes et demies pour lui caser une idée avant qu’il m’ait tourné le dos en oubliant que nous discutions.
Pas vraiment le temps de lui expliquer l’interet stratègique de linux…
Et en plus, il faudrait que j’ai envie de faire bien mon travail.
Bon, allez j’exagere: je m’amuse tout de même beaucoup à faire bien mon travail, mais quand je ne perd pas mon temps à bâcler ses lubies…

Un exemple, j’ai perdu une demie journée à … ranger les cables de brassage dans les baies de manières à ce qu’ils ne se croisent pas, parceque ca n’etait pas beau.
Un autre ordre rigolo: " mais qu’est ce que c’est que ce rapport d’activité imprimé ? Je t’avais demandé de me le manuscrire "
Et hop ! une demie journée de tirage de langue et de ratures (je n’ai pas manuscrit plus d’une ligne depuis au moins vingt ans).


#9

Ne le brusque pas avant d’avoir trouvé un chef plus rigolo (même si d’un certain pt de vue il est tordant…)
Fais de la pédagogie ! Bon en 4 s et demi, ce sera surtout de la sténo…
Achète-lui des bouquins. Utilise des arguments massue. Sers-toi de mots simples : tu compliques trop, ça lui fait peur !
Ne lui donne pas l’adresse du forum. Retire “The Economist” de son bureau. Abonne-le au pingouin.

S’il devient autoritaire, c’est qu’il fait un complexe d’infériorité (donne-lui des indices pour qu’il est l’impression de trouver les bonnes solutions par lui-même)

Ton patron est stressé ? Emmène-le se promener, fais-le jouer, achète-lui un nouveau collier.

:wink:

Regarde Thierry Breton, ça lui réussit ! Non… C’est vrai.


#10

Ouais, j’ai pris la chose comme ça, au début.

The economist ? mais ca ne peut pas être sur son bureau: c’est un journal de gauche: on y parle encore du coup des salariés, et pas de celui des esclaves.
Bon. J’arrète là, parceque je vais commencer à dire du mal de lui :confused: