C'est clair !

Ils sont connus depuis très longtemps, et comme beaucoup de traitements, nécessitent quelques précautions: contre-indications (surtout cardiologiques) et interactions avec d’autres substances, médicamenteuses ou pas.
En gros, faire un ECG (Électrocardiogramme), geste non traumatisant et connaître d’éventuels antécédents, et prendre le temps de connaître aussi les traitements médicaux et autres habitudes (huiles essentielles, plantes etc.) devrait suffire à éviter ou fortement limiter les risques.
Je ne sais pas dans tout ce bruit si le traitement marseillais a une efficacité. Seule des études honnêtes et contrôlées, observations et études de cohortes pourraient y répondre. Mais si elles deviennent l’enjeu (de cons) entre des pro et des anti Raoult, elles sont d’emblée biaisées.
En outre, comme je l’ai dit ci dessus, ceux qui ont le plus de moyens pour faire de telles études, coûteuses, ne sont pas intéressés.
J’ignore, je l’avoue, si de telles études sont sérieusement en cours, à l’exception des équipes marseillaises.
J’attends que la revue «Prescrire» m’ en informe.

Enfin, le besoin de connaître et développer des traitements, préventifs et curatifs, est évident. La question économique au premier plan des responsables politiques est très mal posée: l’indigence progressive du système de santé français est planifiée depuis au moins 30 ans, principalement par le numerus clausus programmé dés la fin des années 1970 et par la politique d’économie libérale appliquée au service publique, surtout hospitalier, et toujours soutenue.
Si on confine drastiquement, c’est seulement quand l’hôpital (des soignants et des malades) sont à genou! ou plutôt, moribond, car à genou il l’est depuis déjà 10 ou 15 ans!
Alors c’est très bien d’avoir acheté des appareils respiratoires, de l’oxygène et sous-formé à la va vite des «réanimateurs», au dépens de tous les autres malades déjà confrontés à des hôpitaux sous tension avant la pandémie (expériences douloureuses personnelles depuis 10 ans de cancer opérés avec 3 à 6 mois de retard, y compris à Paris où la densité médicale était 10 à 20 fois supérieure à la moyenne nationale ou à certaines régions, alors que la réactivité est la base de la chance de guérison.)

Mais il n’est pourtant toujours pas question de changer cette logique économique en logique de soin.

Les questions politiques actuelles sont lourdement grévées par cette représentation de l’ hôpital comme un entreprise qui doit gagner de l’argent (et donc creuser le trou de l’assurance maladie!), par des règles qui dans le même temps siphonnent la sécu pour nourrir des fonds de pensions via des chaînes de cliniques, d’ epad etc., qui ne sont pas sujettes aux mêmes obligations des soins peu rentables ou autrement inintéressants. Mais je ne jette pas la pierre aux confrères qui exigent des moyens de soin parfois meilleurs.
Le résultat est une gestion hospitalière «à flux tendu», une impréparation à recevoir un évènement de masse.
Puisqu’ici on peut regarder la réalité, je n’ose pas imaginer le prochain Tchernobyl, dont la France est en tête des prochains candidats, vu sa densité en centrales, leur vieillissement excessif, risqué, et surtout le perte du savoir concret de la première génération de ceux qui les ont conçus, construites, entretenues et gérées, aujourd’hui tous à la retraite. Le contexte de gouvernance et de sous-traitance ne rassure pas non plus. Non, ça n’es pas hors sujet: il s’agit toujours de politique de santé, et du rôle attendu d’un état démocratique: la protection de sa population.
La sécurité de l’état, ça n’est pas d’envoyer des policiers contre les gilets jaunes, c’est plutôt de faire en sorte que la justice sociale ne fournisse pas de trop bons arguments aussi bien aux «gilets-jaunes» uni autour d’un «apolitisme» infantile qu’ aux électeurs du clan Lepen.

Pour le procureur ça n’est en rien une preuve
La question de l’indépendance de la justice vis-à-vis de l’exécutif est bien dans cette fonction de «filtre» d’un procureur dépendant non des juges mais des politiques.

Les méfiances sont ainsi légitimement nourries, tout comme les abus de pouvoir des Big Pharma, de certains groupes de policiers, ou de réseaux politiques quasi-mafieux alimentent toutes les méfiances et les complotismes, tout comme un seul mensonge suffit à faire perdre toute crédibilité.

Quand on a pu voir, comme le vieux que je suis, ce que sa directrice observait il y a quelques années, chez la prétendue élite de l’ ENA, que les dernières générations étaient dépourvus d’esprit critique et d’engagement personnel («d’esprit d’initiative»), on voit par là comment la réalité échappe de plus en plus.
Les exemples comme Trump et ses fake-news, Bojo et sa post-vérité etc. ne sont pas des anomalies, mais au contraire des personnages symptomatiques d’un mal ancien, la dictature, qui revient dans des formes nouvelles, de moins en moins masquées, de plus en plus violentes.
Trump, comme ses électeurs, n’est pas un menteur, car un menteur s’intéresse à la vérité, même pour la combattre. Boris Johnson s’appui plus clairement sur le même mouvement, qui tue la vérité «de face», avec le terme de post-vérité.

Pour en revenir à la Science, qui n’a pas d’autre visée que de découvrir des vérités, elle est attaquée
d’une part par le statut scientifique de certains, qui n’est pas suffisant, ni la preuve scientifique de sa science, mais également un statut de pouvoir,
d’autre part par cette négation de la vérité, banalisée depuis toujours par des formules telles que «à chacun sa vérité», que j’ai même entendu dans la bouche d’un ami qui a pourtant une exigence rationnelle et une carrière professionnelle dans un milieu scientifique très multidisciplinaire.

Que devient une démocratie sans les vertues démocratiques ?
Qu’est-ce qu’une république (res publica) si la défense du bien commun passe avant les intérêts personnels ou catégoriels ?

2 J'aimes

En informatique on lutte contre les virus en utilisant Debian :wink:

J’ai décidé de lire ce fil dés le début:
ça commence pas mal, vacciner 120 millions de Français! :innocent:

Non seulement on ne mourra plus, mais on va se multiplier à la vitesse grand V !

C’est donc ça, l’arnaque, on nous injecte un vaccin et pouf! :rabbit2:ça fait des bébés! :family_man_girl_boy:

Dans ce que j’avais écris « au dessus », j’avais cité le Conseil d’État, mais pas précisé, qu’il s’était basé sur les affirmations du young leader de l’association France-Chine (accessoirement ministre de la Santé)

Olivier Véran invoque auprès de conseil d’État quatre arguments.

  • d’une part, « l’efficacité partielle des vaccins »
  • en deuxième lieu le fait que « l’efficacité des vaccins est devenue particulièrement contingente du fait de l’apparition des nouveaux variants ».
  • en troisième lieu, « les personnes vaccinées sont aussi celles qui sont les plus exposées aux formes graves et aux décès en cas d’inefficacité initiale du vaccin ou de réinfection post-vaccinale ou de la virulence d’un variant. » (Sic ! :thinking: )
  • enfin, « le vaccin n’empêche pas de transmettre le virus aux tiers. L’impact de la vaccination sur la propagation du virus n’est pas encore connu ».

Pour les sources, cela a été tellement publié (car public) que je vous retourne vers votre moteur de recherche préféré.

…Le même n’avait il pas interdit d’un tweet (sic) l’HCQ suite à une étude bidonnée parue (puis retirée en cata) dans le Lancet ?

salut nam
eurotomo je ne connait pas , j’utilise hopkins : chez eux israel recence des morts, donc je ne comprends pas ce que tu veux dire avec israel .

Si je dis, « c’est quoi la référence officielle? » c’est pour avoir des sources.

Cela ne limite aucune circulation

tout est dans le mot limite : si tu préfères ça réduit mais ça n’empêche pas . De plus mếmé si c’était efficace à 100% , il resterait du portage indirect ( mouchoirs, projections ) et le fait que toute une partie de la population n’est pas à 100% ( pas vaccinée )

Il est strictement évident ...
bah non

Suède
en suède on a dix fois plus de mort qu’en norvège au finlande.

ton graphique :
c’est quoi l’ordonnée

Il y a un moment où c’est fatiguant…

Tu bosses, tu donnes des références et la réponse c’est « ah bah j’ai même pas lu ni cliqué sur les liens »…

Euromomo (et pas tomo) diffuse les statistiques nationales des État qui y contribuent.
Israël, membre depuis 2008 environ vient d’effacer ses contributions.

L’université privée John Hopkins est un machin commerçant qui fait son marketing et se fait parfois prendre la main dans le pot à confiture… : https://www.washingtonpost.com/business/economy/johns-hopkins-medimmune-partnership-raises-concerns-of-conflicts-of-interest/2016/03/18/c37495ec-ed1b-11e5-a6f3-21ccdbc5f74e_story.html

Là, il peut y avoir des différences de densité de population, mais tu remarqueras que ce trio n’a pas confiné…

Pfff… Regarde…

[Edit] pour John Hopkins qui est une université privée de second ordre, l’objectif est d’attirer le chaland (étudiant payant, ou donateur défiscalisé - fondation).
Ils sont moribonds à cause de l’évolution technique et la crise actuelle, c’est d’ailleurs le même problème pour les « grandes écoles » de province : à l’âge du Mooc et des études en ligne, qui va encore aller ailleurs que dans les 10 premiers « grands noms ».
Qu’irions nous faire dans l’école supérieure de commerce de Troufignou Lez Arpions ou dans la University of Papa Charlie Tango quand on peut avoir les cours d’HEC, Harvard ou Oxford ?

« biweekly confimed deaths refer to the cumulative number of confirmed deaths over the previous weeks »

  1. Désolé je ne comprends pas le « refer to », et encore moins ce qu’il faudrait en déduire
  2. tu présentes des données avec des morts en israël dans ce graphique et ailleurs tu regrettes qu’ils aient enlevé leurs données des morts d’un site que tu estimes digne d’intérêt? Difficile de te suivre, je trouve.
  3. en quoi les données hopkins ont-elles fausses? Ton lien washingtonpost n’existe pas. Et une seule erreur/fourberie/tricherie/pot de confiture ne suffirait pas à les discréditer. Et ils reçoivent en direct les données du ministère sans intermédiaire. Et ça me ferait chier , ça fait un an que je fais des graphiques avec.

Je ressens exactement la même choses que toi.

Mais tu donnes des illustrations à tes propos plus que des preuves, ce qu’on fait tous ici, et ça alourdit ton propos ( comme un livre avec des notes de bas de page toutes les phrases ), et ça ne suffit pas à convaincre.

Faudrait arreter de parler de ce que l’on ne connait pas

ps: je ne voulais pas intervenir mais bon là c’est bcp

  1. C’est le nombre cumulé de décès sur deux semaines, ca permet de distinquer les excès et les tendances.
  2. Euromomo est un site officiel, il regroupe des stats sur plusieurs indicateurs et en particulier analyse la divergence entre le nombre de décès et la moyenne de ce nombre sur les années précédentes, ce qui permet d’avoir une idée des sur ou sous mortalités .
    Par exemple l’été dernier, la Belgique, record du monde du nombre de morts par habitants était en… sous mortalité pendant quelques semaines car il y avait eu tant de décès de personnes âgées avant que ceux qui auraient du mourir pendant l’été… étaient déjà morts.
    Je ne vois pas de quel graphe avec Israël tu parles, mais effectivement, il continue à y avoir des sites qui « suivent » la situation, comme ourworldindata (le même qui continue de publier le total de décès chinois depuis 2019 : moins de 4900…)

On va dire que c’est amusant comme remarque… J’ai fais mes études là bas, Gmat, Toefl, BSBA, Master et patin, couffin. Mettons que j’ai manqué de pédagogie dans le propos, alors :

Bon… recommençons, Hopkins n’est pas dans les 20 meilleures, elle est privée, elle court derrière le pognon comme tout ce qui n’est pas dans le top 10 et l’évolution du e-learning ne va pas arranger leurs oignons.
Et oui, Hopkins a été prise en flagrant conflit d’intérêt. (Comme Pfizer a été condamnée pour faute lourde)
L’évolution va dégommer tous les acteurs qui ne sont pas de premier rang (donc qui sont de second…)
En France l’équivalent c’est des Science-po ou des ESC de province, quasi toutes moribondes (Quand on sait que déjà l’Essec ou l’Escp sont à la rame et multiplient les programmes commerciaux sans concours…)
La formation est sans doute le secteur le plus disrupté…

va falloir que tu cites tes sources. car pour info, le médicament qui permet de résister au paludisme c’est de l’HCQ. Et en Afrique on en prend depuis 70 ans, à des doses de 3 à 6 cachets par jours au minimum.
et pour info, nous n’avons aucunes données sur les effets secondaires des vaccins contre le covid (qui ne marchent pas d’ailleurs sur les autres covid apparus depuis), ou alors juste celle de Pfitzer qui est connu pour l’opacité voir la falsification de ses données.

par contre le vaccins va couter une fortune, face à un medicament qui n’est plus protégé (confisqué par un ou deux laboratoire) par aucun brevet et coute une misère.

1 J'aime

image

C’est contradictoire avec la remarque juste qu’il n’est plus protégé par un brevet.

C’est l’une des causes possibles à la campagne contre le prof D.Raoult et à la mise à l’index de fait de l’hydroxychloroquine.

1 J'aime

manque le « ou » devant le mot confisqué, car les brevet servent plus souvent à confisquer une technologie ou un produit qu’à le protéger; car sinon le produit serait dans le domaine publique.

Intéressant de noter qu’une erreur de com est totalement impardonnable si on parle de l’IHU ou d’un traitement, mais devient « une seule erreur/fourberie/tricherie/pot de confiture [qui] ne suffirait pas à les discréditer » dès lors que l’on parle d’un labo ou de l’un de leurs zélotes…

Complément d’info pour qui n’aime pas cliquer:

  • Vaccin Astra Zeneca - AMM conditionnelle européenne le 29 janvier 2021. Délai pour déposer la confirmation d’efficacité, de sécurité et de tolérance, mars 2024 au moins.
  • Vaccin Moderna - AMM conditionnelle européenne le 6 janvier 2021. Délai pour déposer la confirmation d’efficacité, de sécurité et de tolérance, décembre 2022 au moins.
  • Vaccin Janssen - AMM conditionnelle européenne le 21 11 mars 2021. Délai pour déposer la confirmation d’efficacité, de sécurité et de tolérance, décembre 2023 au moins.
  • Vaccin BioNTech/Pfizer - AMM conditionnelle européenne le 21 décembre 2020. Délai pour déposer la confirmation d’efficacité, de sécurité et de tolérance, décembre 2023 au moins.

Les documents européens indiquent le caractère incomplet des preuves relatives à la qualité de la substance active,des excipients, du procédé de fabrication et de la reproductibilité des lots.
En clair, comme indiqué plus haut, c’est bien ce que disait Alain Fisher : pour le moment ce qui est présenté ce sont les documents marketing des labos.

Et ce jour, l’EMA mise en face des réactions et décès liés à Astra Zeneca a benoitement indiqué qu’il fallait donc les ajouter à la liste des effets indésirables.

Objectivement, face à cela, voir le total blocage des traitements HCQ, Ivermactine, etc… par « principe de précaution » est très curieux.
Exemple avec OMS+EMA cette semaine sur l’Ivermectine : aucune autorisation « en attendant des études » (que personne ne financera) « qui démontreront que ce n’est pas nocif » (ils reconnaissent du bout des lèvres une efficacité).

Comme disait Monsieur Cyclopède « étonnant, non ? »

3 J'aimes

Temps mort

1 J'aime

Celui-là il a tellement été réinterprété…

J’ai assez donné dans ce genre de débat où le mécanisme consiste à considérer que la grande majorité de la poluplation est soit abrutié, soit complice et vénale et où les sources sont des papiers obscures s’autocitant et dont les sources initiales reposent au final sur une dizaine de travaux abstraits(forcément justes et irréprochables) en comparaison des dizaines de milliers d’autres (forcément suspects et dirigés par les bigpharmas (que j’aimerai qu’on me présente)), le tout présenté de façon incomplète.
Mais là, il y a une nouveauté: ce dont on parle, c’est d’une maladie qui, malgré une privation de liberté ayant entrainé la disparition cette année de toutes les autres formes de grippe, des gastros diverses, des bronchiolites (remarque: celles ci font un petit retour en mars bizarrement), a tué une centaine de milliers de personnes et mis un système hospitalier à terre (système certes mis à mal par les économies, mais envié par beaucoup de pays). C’est d’une maladie ayant entrainé la sortie en une journée d’un dizaine de cercueils d’un petit EPHAD (vu de mes yeux, avec la directrice de l’Ehpad effondrée), ce sont des médecins épuisés devant annoncer à une famille le décès de 3 de leur membre (arrivé à un membre de ma famille médecin à l’hopital de Créteil), c’est une personne qui se sait responsable de la mort du conjoint (38ans) de sa meilleure amie, parce qu’elle avait amené un gateau mangé sur place, c’est un jeune de 18 ans incapable de monter un étage d’un seul coup (un élève là où je travaille), c’est un très proche de 31ans mort en une journée. Le vaccin, c’est la libération de cette directrice d’EHPAD avec la fin du défilé des cercueils et le retour des familles, c’est le soulagement des médecins oscultant un gamin qui leur tousse à la gueule et dont les parents disent soudain que le grand père a le COVID, c’est l’arrêt des cas de ces médecins qui tombaient malades à leur tour et c’est l’espoir des médecins de cet hopital de Creteil qui n’en peuvent plus.
Je rajouterai bien que ma grand mère a passé sa vie avec un bras paralysé par la polio et que nous vacciner a été un soulagement immense pour nos parents mais on sortirait de cette discussion avec des personnes sures que de toute façon, si elles se trompent et tombent malades, une société riche fera le maximum pour les soigner sans leur faire payer quoi que ce soit (un vaccin = 5€, un test=60€, une journée d’hospitalisation = 4000€) avec les moyens d’un pays riche, on pourrait parler d’enfant gaté peut être…

3 J'aimes

Non seulement gâtés mais sans culture ni mémoire
a l’occasion de l’anniversaire de la Commune , une bonne lecture


Le régime alimentaire

Les soins de l’époque

En résumé,
la lutte sans merci du modèle libéral conduit à la perte de confiance, pourtant si nécessaire dans les moments de crises dramatiques.

Sont manifestes, les tricheries de certains labos, «virales» dans ce contexte dit libéral, et le manque de volonté politique de financer des études qui n’intéressent pas suffisamment ces labos devenus quasiment les seuls à en avoir les moyens (hydroxychloroquine ou Ibermectine).
Cette dernière conséquence, relevée de plus en plus par certains soignants, praticiens et chercheurs, conduit à enfumer un peu plus le public et même les médecins, avec des polémiques (Hydroxychloroquine) savamment alimentées par de grossières publications dont le caractère trompeur passe depuis des années.
Bien d’autres stratégies de concurrence, et pas seulement marketing, sont devenus des modes de fonctionnement bien rodés, et, j’en rêve comme cette discussion me laisse espérer, un peu ridés.

La gravité de tout ça est bien à rappeler, à incarner,
merci Fran.b pour l’avoir fait.

2 J'aimes

C’est bien les sermons , les cours de morale et les affirmations péremptoires.
Maintenant, les infos sont là :

  • une maladie qui certes encombre un système de santé bureaucratique, dont la létalité est dépassée par bien d’autres.
  • une prise en charge politique dans les pays riches qui ont exclu leur médecine de ville de manière étonnante mais impérative.
  • un total blocage chez les mêmes concernant tout traitement
  • le forçage d’inoculation de produits qui sont tout à fait officiellement en autorisation temporaire et conditionnelle.

La fête du slip dans les départements marketing : quelle que soit la forme on vendra !

image
image
image

Devant toutes ces circonvolutions, outre des question légitimes, il est compliqué d’écouter qui veulent culpabiliser sur le thème « si tu ne te fais pas inoculer, tu mets les autres en danger »!

Il faut effectivement oser ce sophisme : un vaccin (pour autant qu’il soit efficace et confirmé), comme tout médicament, n’a jamais protégé quiconque d’autre que celui qui fait le traitement.

Il faut également oser raconter qu’il faudrait prendre le risque avec ce truc de rendre malade des gens qui ne sont ni malades, ni même à risque si ils l’étaient !

Cela dit, que d’aucuns se fassent inoculer malgré cela, on ne peut qu’en être ravi : plus il y a de cobayes, mieux c’est.

Que l’on en fasse la propagande et que les gens s’en vantent en public cela devient étrange et une renonciation individuelle au secret médical.

Que cela serve à abolir ce secret à grands coups de « passeport », vert, jaune ou bleu, là, ça devient grave. Inacceptable.

PS, Les liens donnés plus haut sont ceux des organes officiels

PS2 Et la déclaration de ce matin de doubler le astra par de l’arn, excusez-moi, mais c’est double bang au mur du çon !