C'est clair !

Dans la série télé The Big Bang Theory (bien avant le Rhume19)

Une citation de Bernadette : dans le milieu pharmaceutique on a un dicton; plus d’infection plus de pognions.

Dans une rumeur il y a toujours une part de vérité

1 J'aime

La peur entretenue suffit à garantir le retour sur investissement.

Pour le fun, il a commencé avec une entourloupe contractuelle : le software était open source sans le savoir avant son arrivée (personne n’aurait pensé acheter du hardware sans avoir le logiciel et son code).

Non, pas vraiment. à l’époque tous les logiciels étaient propriétaires (j’en ai craqué un certain nombres). CP/M, Pascal UCSD étaient des OS dont on ne connaissait pas les sources. Bref, les sources disponibles étaient l’exception.
L’Apple][ était fourni avec le listing des ROM pour le ][ ainsi que le plan de la machine. Pour le ][+, le listing du Basic a sauté et les sources et explications du DOS 3.2 et 3.3 ne pouvait s’obtenir qu’en achetant Beneath Apple DOS. L’apparition de Lisa et du Mac a enterré les sources disponibles. Pendant ce temps, IBM a sorti son PC avec le PCDOS -> MsDOS 2.10, MsDOS 2.11 et MSDos 3.10. La documentation complète et les sources étaient disponibles au début puis se sont restreints. Toutefois, le système était parfaitement décrit. Il est amusant de constater que à cet époque, Microsoft est apparu comme celui qui conservait le principe d’un système ouvert et documenté. Beaucoup de personnes sont passés à ce moment là de l’Apple au PC.Ensuite Windows est apparu et Microsoft a rejoint le fonctionnement de son concurrent avec un système fermé. Cependant, il est resté toujours beaucoup plus simple de développer du code pour les PCs que pour les Mac (nécessité de s’inscrire comme développeur, de faire reconnaitre son code, etc). Le libre (qui n’est pas l’open source) est apparu ensuite et le premier véritable logiciel libre a été linux.

1 J'aime

Ce n’est pas parce que les autorités ont pour politique d’exagérer le nombre de cas avec les tests PCR qui à la base ne sont prévus que comme aide au diagnostic et pas du tout comme moyen de comptage, d’exagérer le nombres de décès en mélangeant les morts principalement dues au COVID-19 ( les morts du COVID-19) et les personnes principalement décédées d’une autre cause plus déterminante ( cancer, maladies cardio-vasculaires, maladies hépatiques, rénales … ) mais qui avaient aussi le COVID-19 au moment de leur décès ( et qui sont comptés comme étant décédées du COVID-19 ) qu’il faille exagérer dans l’autre sens en appelant le COVID-19 : Rhume19 !

Ca c’était en 2019, là on est en 2021. Il y a autant de vagues que de beurre en broche…
Comme le grippe ou le rhume, à chaque saison son nouveau cocktail.
Personne n’a jamais ajouté les cas d’une saison à l’autre pour ces maladies, quelle serait la raison d’additionner cov19, cov20 et cov21 ?

Capture d’écran_2021-05-03_16-47-11

Source

2 J'aimes

Je propose comme raison que c’est une sorte de méta-grippe séculaire qui se dissout dans le temps, en un siècle donc.

Les saisonniers ont une dissolution d’une année.

À la suite de quoi, tout se mélange, les saisonniers du 20ème siècle avec le méta du 21ème, bonjour le bazar.

1 J'aime

Kamran Abbasi , rédacteur en chef du British Medical Journal a donné son avis le 13 novembre 2020 sur la crise sanitaire du COVID-19, pour lui, il s’agit de politisation, de corruption des résultats scientifiques et suppression de la science :

Source : https://translate.google.com/translate?hl=&sl=en&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fwww.bmj.com%2Fcontent%2F371%2Fbmj.m4425

Extraits choisis :

13 novembre 2020

Les politiciens et les gouvernements suppriment la science. Ils le font dans l’intérêt public, disent-ils, pour accélérer la disponibilité des diagnostics et des traitements. Ils le font pour soutenir l’innovation, pour mettre des produits sur le marché à une vitesse sans précédent. Ces deux raisons sont en partie plausibles; les plus grandes déceptions sont fondées sur un grain de vérité. Mais le comportement sous-jacent est troublant.

La science est supprimée à des fins politiques et financières. Le Covid-19 a déclenché la corruption de l’État à grande échelle et est néfaste pour la santé publique. Les politiciens et l’industrie sont responsables de ce détournement de fonds opportuniste. Il en va de même pour les scientifiques et les experts en santé. La pandémie a révélé comment le complexe médico-politique peut être manipulé en cas d’urgence - un moment où il est encore plus important de sauvegarder la science.

Les politiciens prétendent souvent suivre la science, mais c’est une simplification excessive trompeuse. La science est rarement absolue. Cela s’applique rarement à tous les contextes ou à toutes les populations. Cela n’a pas de sens de suivre servilement la science ou les preuves. Une meilleure approche consiste pour les politiciens, les décideurs nommés publiquement, à être informés et guidés par la science lorsqu’ils décident de la politique pour leur public. Mais même cette approche ne conserve la confiance du public et des professionnels que si la science est disponible pour un examen minutieux et libre de toute ingérence politique, et si le système est transparent et n’est pas compromis par des conflits d’intérêts.

La répression de la science et des scientifiques n’est ni nouvelle ni un phénomène particulièrement britannique. Aux États-Unis, le gouvernement du président Trump a manipulé la Food and Drug Administration pour approuver à la hâte des médicaments non prouvés tels que l’hydroxychloroquine et le remdesivir. Globalement, les gens, les politiques et les marchés sont corrompus par les agendas politiques et commerciaux.

La réponse du Royaume-Uni à la pandémie repose trop fortement sur des scientifiques et d’autres personnes nommées par le gouvernement aux intérêts concurrents inquiétants, y compris des participations dans des entreprises qui fabriquent des tests de diagnostic, des traitements et des vaccins covid-19. Les personnes nommées par le gouvernement peuvent ignorer ou choisir la science - une autre forme d’utilisation abusive - et se livrer à des pratiques anticoncurrentielles qui favorisent leurs propres produits et ceux de leurs amis et associés.

La politisation de la science a été déployée avec enthousiasme par certains des pires autocrates et dictateurs de l’histoire, et elle est malheureusement courante dans les démocraties. Le complexe médico-politique tend vers la suppression de la science pour agrandir et enrichir ceux qui sont au pouvoir. Et, à mesure que les puissants gagnent en succès, s’enrichissent et s’enivrent de plus en plus de pouvoir, les vérités peu pratiques de la science sont supprimées. Lorsque la bonne science est supprimée, les gens meurent.

Je suis assez d’accord, mais concrètement :

  • les scientifiques sont exclus de toute haute administration
  • les gens normaux détestent aussi les sciences

Le lisa est arrivé après (1983) et abandonné un an plus tard.

Bien qu’en ayant basé son DOS sur un plagiat du CP/M.

Non avant il y a eu emacs, et quelques pilotes d’imprimantes notamment sous unix. Linux apparait pour le noyau en 1991, les logiciels libres existe depuis la fin des années 70 (de façon très limité certes et loin de la france)

Non pas tous malheureusement, des gens sont comptabilisés comme mort du covid sans avoir été ne serait ce que positif au test.

Intéressant pour une famille de virus qui existent depuis des siècles, voir des millénaires.

En fait pas de suppression de la science, mais de morcellement, et de suppressions de liens entre les savoirs (voir Bernard Stiegler sur le sujet).

les gens normaux ne deteste pas la science; ils ne l’aiment pas particulièrement, ou ne lui font pas confiance, mais en cela, ils ne font la plupart du temps que répeter ce que les medias leurs envoient.
Quand tu fais des presentations simple de la science (bien que les principes sousjacents puissent être complexes) à n’importe qui, souvent les gens sont intéressé.

1 J'aime

Le Macintosh lui a succédé immédiatement, le Lisa était de ce point de vue un prototype, avec une architecture identique…

Oui et non, IBM a rfeusé de payer CP/M et a demandé à un obscur programmeur de faire un OS vite fait. Il s’est inspiré du seul OS portable sur microordinateur et qui ne soit pas une usine à gaz comme l’UCSD. Mais les premières versions étaient clairement inachevées. J’avais à l’époque du faire un disque virtuel sous 3.1 pourtant avec un OS élémentaire pour pallier la lenteur d’accès aux fichiers (recherche séquentielle). Cependant le code était suffisamment documenté pour que je puisse faire un multitache (en fait un fork en C) sous MSDos avec le tick d’horloge (18,2 par seconde) qui faisait la commutation entre les taches…

Oui, GNU a été initié en 1984 et dans le même genre il y avait les nroff, troff, puis plus tard Tex. Mais si on se limite aux micro ordinateurs, linux a structuré (à ma connaissance) le libre et a été à l’origine de sa diffusion. Plein de programmes sous PDP11 (et donc unix) sont restés ignorés (qui a entendu parlé d’Edith par exemple?). Ayant fait ma thèse sous emacs en 1984 (avec une interface sous emacs donc), je connais bien son histoire.

C’est sur que le rédacteur en chef d’un journal n’a aucun intérêt a suscité le buzz et a autant de culture que les médecins et épidémiologistes, et ne peut être soupconné de corruption, lui.

Ok, bon, je lis cette phrase qui revient sans arrêt: Donc depuis 20 ans des puissants s’enrichissent sur le dos du peuple. Qui? Qui sont ces puissants et où est leur argent gagné à millions. On parle donc de Macron bien sûr qui a quitté des postes on ne peut plus rémunéré pour un poste à pouvoir, lui le pouvoir l’intéresse, l’argent, il en a visiblement assez. Veran? L’institut Pasteur (qui serait donc obligé d’être allié à Sanofi (c’est le cas) mais aussi à Pfizer, à Moderna, et tous les autres concurrents (y compris la Russie)) pour imposer la nécessité d’un vaccin? Cela veut donc dire que tous mes anciens élèves travaillant sur le coronavirus et les vaccins sont des escrocs… J’ai formé des escrocs vendus au grand capital, même cet ancien élève qui tractait pour LO à la sortie et qui travaille dans la recherche à Pasteur croyant naïvement à l’éthique de ce laboratoire.
Ma nièce, sa copine, ma femme et bien d’autres sont soit des escrocs, soit des incompétents et ne voient pas que tous ces gens non vaccinés malades et désormais tous ses gens vaccinés qui ne tombent plus malades dans leurs patients font la comédie afin de leurrer le monde.
Et tout ça sans la moindre preuve depuis 20 ans, sans que, personne d’honnète (employé, informaticien, qui que ce soit) n’ait réagi ni fourni des rapports, alors même que la CIA elle même se faisait avoir! Ils sont forts quand même ces gens et très très nombreux…
En Angleterre, les décès ont été de 25, 16, 7, 14, 1 et 6 personnes dans les 6 jours derniers
En France, 308, 290, 192, 113, 311 et 257
En Allemagne 277, 232? 110, 85 313 et 285
En Israel (hors Palestiniens j’imagine) 1, 1, 0, 3, 1 et 2
Pétard ils sont vraiment forts, et tout ça sans la moindre fuite, à moins que tous les scientifiques soient dans le coup. Ça me parait la seule solution: Tous ces gens disposant de la comptabilité, des chiffres, tous les employé(e)s des morgues, tou(te)s les infirmier(e)s, les médecins (surtout eux), les urgentistes, sont mouillés. Heureusement, ce rédacteur, dans son bureau, a lui accès aux vrais chiffres, et a certainement des preuves réelles qu’il nous montrera… un jour.

2 J'aimes

C’est toujours intéressant de lire le ton entendu et moralisateur qui cherche à justifier que soit imposés des traitements « universels » :

  • élaborés en 2 jours
  • testés en 2 mois effectifs
  • sur lesquels le recul est d’un gros trimestre.

Il est fascinant de voir le média mainstream appuyer unanimement et à fond l’imposition de ces traitements génétiques et expérimentaux (tu sais, les mêmes qui gueulent contre le maïs OGM)

(Que foutent les Echos à promouvoir un traitement médical expérimental, c’est leur ligne rédactionnelle çà ? quand va-t-on voir une analyse des réponses monétaires à l’inflation dans la revue du praticien ?)

https://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/vaccin-retablissons-les-privileges-1312397#xtor=EPR-6060-[20210505]

Si tu poses une question, on t’envoie baller à grands coups de « scientifiques » ou de « ta question est stupide ».

  • Pourtant, la médecine a été construite par les praticiens et pas par les politiques.
  • Pourtant, la pharmacovigilance (qui a permis de découvrir l’efficacité croisée ou le danger de molécules) a été menées par les praticiens et pas par les élaborateurs, ni par les ministres.
  • Pourtant, des épidémies saisonnières de gravité variable existent depuis toujours, mais jamais les politiques et scientifiques n’ont eu à les gérer, là c’est une première.
  • Pourtant, les chiffres de cas, de morts plus ou moins qualifiés, de sources qui changent en permanence n’ont jamais servi à rien, seules les divergences par rapport aux moyennes ont un sens.
  • Pourtant, le groupthink, qui n’a rien d’un complot, est un truc connu et analysé depuis des années…
  • Pourtant la médecine de terrain ne s’était JAMAIS vu interdire la prescription de bon sens de molécules par ailleurs éprouvées.

Tiens bête question, comment distinguer un pays qui inocule massivement, d’un qui le fait moins, comment distinguer une « épidémie » terrifiante, d’une maladie saisonnière plus aigüe ?

(au dessus de la ligne rouge, il y a excès de décès, en dessous, moins que les moyennes à 5 ans)

image

Sur quelles bases quelques politiques (souvent non élus) imposent ils des médicaments expérimentaux à des populations entières, cohortes concernées ou pas concernées ?

La médecine de terrain n’avait elle pas établi qu’un traitement est un besoin et un choix au cas par cas ?

Le plus épatant sont les « sachants » qui courent à plat ventre pour avoir le droit de retourner en boite ou en vacances en Grèce…

1 J'aime

Bonjour fran.b, merci de contribuer au débat.

Industrie pharmaceutique : 500 milliards $ de chiffre d’affaire annuel
100 milliards $ de bénéfices annuels
Dépenses de lobbying, de relations publiques : 195 milliards $

Il existe au moins un rapport circonstancié et dont la description des méthodes de corruption décrites est difficilement reproductible sur ce fil car les méthodes de corruption, par définition sont opaques et complexes, et je me vois mal copier 4 à 5 pages d’un livre et le mettre ici.

Il s’agit du livre du professeur danois Peter C. GØTZSCHE : « Comment l’industrie pharmaceutique a corrompu les services de santé - Remèdes mortels et crime organisé », au début, je me disais il exagère, eh, bien, non, en plus de décrire certaines des méthodes de corruption, il cite aussi les condamnations des compagnies pharmaceutiques par le ministère de la Justice des États-Unis dont certaines sont qualifiées de crime organisé, d’ailleurs j’ai repris quelques lignes de ce livre dans ce message :

que tu peux consulter à nouveau.

L’ouvrage que tu peux acheter par exemple ici :

est fourni avec une bibliographie très fournie qui te permettra de vérifier point par point si ce qui y est écrit est vrai, si tu as de bonnes compétences en anglais. C’est assez ardu et aride et il faut relire certains des passages pour bien comprendre. Mais comme tu sembles déterminé à essayer de comprendre la situation …

Tu as tout simplement le rapport du Parlement européen sur H1N1 :

1 J'aime

Là tu parles de l’industrie pharmaceutique dans son ensemble, pas des laboratoires de recherches (l’institut Pasteur n’est pas un commerçant mais un laboratoire de recherche qui doit s’adosser à un fabriquant, il en est de même d’Oxford).
Effectivement cette industrie là s’enrichie mais pas sur les vaccins, mais sur les pseudo innovation permettant de remettre un brevet sur une molécule à peine modifié, sur l’arrêt de molécule efficace ou le changement du conditionnement (voir par exemple la pilocarpine qui est passé en mondose avec un prix multiplié par 30!, ou encore le conditionnement des vaccins du BCG imposant un gachis de doses important (le pretexte est une refonte des chaines de production incitant à une délocalisation temporaire, c’est plausible mais curieux)). Cela a des conséquences parfois gravissimes, ainsi Pasteur faisait un sérum contre les piqures de serpents particulièrement efficace qui a été abandonné au profit de sérums beaucoup moins efficaces et plus chers, va comprendre! Là oui le lobbying paye et est efficace, … et laisse des traces car au fond c’est légal.
Mais cela concerne l’industrie pharmaceutique et pas la recherche. Comme pour le tabac, tu as quelques chercheurs, 5-10% comme dans toutes les professions, qui se laissent corrompre et pondent un rapport cautionnant ces pratiques parfois criminels.
Là on parlent de laboratoires de recherches, d’essais menés dans plusieurs pays, pas plusieurs entités distinctes, en double aveugle sur des échantillons de l’ordre de 100000 personnes, où un cas mortel suspect a entrainé l’arrêt pendant une semaine et des communications dans les journaux y compris celui de TF1!! Ces laboratoires de recherche, employant des universitaires, des thésards donc des jeunes en général vierges de toute corruption, etc auraient tous pipoté leurs conclusions afin d’enrichir un contractuel au prix de leur crédibilité. À la place d’un des chercheurs, on aurait laissé ça? Non. On est meilleur que tous ces gens, non. Y’a-t-il la moindre preuve que ces recherches sont pipotées? Non.
Alors qu’est ce qui est vraisemblable là dedans? Et si ta famille devrait aller au Brésil ou en Turquie, tu ne préfèrerais pas qu’ils soient vaccinés? Pour moi la réponse est claire.

Mortalité_html_7e956274d7c27b7f
Ci dessus une courbe obtenue en prenant l’opposée de l’accroissement du logarithme du nombre de morts. Plus c’est haut plus la situation est bonne. Tout est libre, je peux fournir la feuille de calcul avec le relevé depuis en gros février 2020 et les justifications mathématiques.
Le détachement de l’Angleterre est nette, le désastre de Trump et la mauvaise gestion de BJ au début sont également nettes. Mais bon, peut être que je suis vendu à l’industrie pharmaceutique…
(FranceH = France données hospitalières, sinon les origines viennent du dépot de https://github.com/CSSEGISandData/COVID-19.git )
PS: Une question très interessante est le fait que l’Afrique soit relativement épargnée. Pas d’explications franches pour le moment même si un facteur climatique semble probable (avec une habitude de gestion des épidémies par la population)

2 J'aimes

Rien compris…

Voilà de l’info officielle, on y voit… que quand il y a eu un excès de décès et que l’épidémie saisonnière se termine, ceux qui sont déjà morts ne meurent plus. Waahhh !!!

image

Comme je suis bête et terre à terre, je répète l’une des questions sans réponse !

Qu’est ce qui permet que soient imposés des traitements « universels » :

élaborés en 2 jours
testés en 2 mois effectifs
sur lesquels le recul est d’un gros trimestre.

Et que tout autre traitement soit voué aux gémonies ?

Et par ailleurs, que foutent tous les médias globaux au service de cette imposition (en ce qui les concerne, la question est : qui paye ?)

Question subsidiaire : que fout McInsey, (conseil des producteurs d’inoculations) en coordinateur de la logistique et de la propagande communication des états ?

Il sera intéressant d’avoir les qualifications, expérience, liens d’intérêt (un employeur est un lien d’intérêt : on voit rarement quelqu’un contredire celui qui le paye) de tous ces gens.

De mon côté : formation initiale complémentaires en analyse de données et de tendances, expérience d’analyse et gestion d’environnements complexes et à risques, « personnel sensible » (enregistré en continu) pendant + de 20 ans (pour faire simple).
Aucun engagement ni dépendance. (hélas pour les dépendances : je serai plus à l’aise d’en avoir les revenus).

Bien, il suffit de demander. Tu as les chiffres (voir le Git, tu as le script Script getallcovid qui te rapatrie les données et te donne les données, par exemple ./getallcovid France ou ./getallcovid Germany ). Tu calcules le nombre de morts par jour (tu fais la moyenne sur une semaine glissante pour lisser). Bien.
Sans rien faire, l’épidémie est exponentielle donc de la forme M=Kexp(at) où t est le temps et a>0. Donc le nombre de mort par jour est proportionnel à la dérivée Kaexp(at). Le rapport entre les deux est donc proportionnel à a.
Pour éviter des écarts importants, on en prend le log, et on multiplie par -1 pour avoir le coté «ça se passe bien» en haut et «ça se passe mal en bas». Voilà.
En clair ces courbes te donnent l’évolution du facteur ln(1/a), mettons 1/a en échelle logarithmique au cours du temps. Je peux être plus précis.

Non, le vaccin a été élaboré en 3 mois, c’est vrai, mais les techniques elles datent de plusieurs années. Elles sont classiques et anciennes pour l’astrazenaca et autre J&J, les vaccins ARN eux sont les premiers de cette technologie, technologie développée depuis plusieurs années (une dizaine) et utilisée dans un cadre vétérinaire. Ce qui a été vite, ça a été les tests (pas 3 mois mais entre 6 mois et un an) et surtout la validation par les états et commission européenne.
En ce qui concerne les traitements, il y a eu plusieurs dizaines de traitements testés (dont la fameuse hydrochloroquine, mais pas que). Pour le moment rien de probant sauf un truc dont je ne me rappelle pas le nom qui diminue par 2 les formes graves (à vérifier, je ne suis pas sûr). Entre autres, l’hydrochloroquine a donné dans tous les tests des effets secondaires non négligeables et n’a pas montré d’effets favorables. Il y a une dizaine de molécules qui se sont révélées décevantes.
Parmi les espoirs en cours sur les soins:

  • 2 sprays nasaux, un développé par Pasteur, un autre par la Finlande mais qui peine à trouver un industriel pour entamer un effet phase 3
  • Un sur une plante en Guadeloupe qui est utilisé localement pour la grippe en général et qui fonctionnerait bien. Là encore, des essais en phase 3 sont en train d’être financés.

Mais si tu veux essayer un traitement, il n’y a pas de problème, tu es libre, même l’hydrochloroquine est facilement accessible.

Puisque tu parles de la question économique, le vaccin en France coute moins cher qu’un test PCR (largement), si j’étais un industriel de la pharmacie, j’essayerais de retarder un maximum les vaccins pour vendre à qui mieux mieux les tests PCR facile à produire, plus cher et avec un débouché garanti tant que les gens ne sont pas vaccinés en y rajoutant éventuellement un médicament quelconque réputé efficace. Tu ne t’es pas demandé combien a perdu le labo qui produit cette fameuse hydrochloroquine? Enfin puisque tu aimes bien les chiffres sur l’argent, la secu rembourse les hospitalisations de jour pour les maladies pulmonaires, 58% de ces hospitalisations de jours pour maladie pulmonaires en France ont été payés à l’Institut Hospitaliers de Raoult en 2020. Financièrement, l’institut va bien merci et n’a plus les soucis des autres hopitaux. Raoult aurait un intérêt financier? Non, ce serait virer complotiste.
(PS: Je pense réellement que Raoult n’a aucun intérêt financier dans cette affaire)

1 J'aime

Tu prétends

Tu poses une question

on te répond

rien compris , donc faux.

CQFD

c’est quoi la formule?
f(n) = - log10 ( U_{n+1}-U_{n}) pas possible car U_{n+1}-U_{n} peut etre <0 et f(n) va jusqu’à 10

C’est le nombre de morts cumulés, U(n+1)-U(n)) est donc le nombre de morts au nième jour.
Ainsi avec 200 morts pour 70000 morts cumulés, tu obtiens -ln(200/70000) ~ 5,85.
Je raisonne en log néperien mais c’est pareil à un facteur près, or c’est l’évolution de la courbe qui compte… Feuille de calcul

1 J'aime

ok je regarderai;
donc f(n) = -ln [ ( M(n+1) / Pop - M(n) / Pop ) / ( Sum(M(n) / pop ) ]

j’ai divisé par la population supposée constante si Sum(M(n)) < 0,01pop.